Dans le pays de l'ambre (version papier)

Prix
13,00 €
TTC

Un ouvrage tout en poésie qui interroge sur la quête identitaire et l'exil volontaire.

Format papier.

Livre autopublié, avec le soutien d'iPagination.

Bientôt chez votre libraire !

Quantité

Avec ses rimes, l'auteur vous invite ici à un voyage aux couleurs et au rythme de la République dominicaine.

Au fil de ses textes, l'auteur évoque l'attachement de l'Antillais à son île natale et au-delà de la mémoire, son désir d'exil pour faire reconnaître son art. Ainsi, sur fond de merengue, vous partez à la rencontre d'une terre remplie du soleil de la vie avec ses symboles porteurs de sens au-delà des tourments de l'Histoire.

9782367910871

Fiche technique

Auteur
Béatrice Renondineau
Hauteur
204 mm
Largeur
134 mm
Poids
130 g
Nombre de pages
96
Format
Papier
Genre
Poésie
Année parution
2018

Matin créole  
Voilà que les flavescents rayons du soleil
Qui essaiment un songe pour l’île crépitent
Et ce matin la ville de clarté s’éveille,
Ouvre ses fenêtres pour les âmes qui palpitent.  

Un peu comme une gracieuse fleur nacrée
Qui frissonne sur le paradis des récifs,
L’aube erre dans son océan azuré
Tandis que des hommes parlent de l’art naïf.  

Quand tu la connaîtras la vraie richesse
De cette île aux couleurs de l’ambre bleue
Tu verras qu’elle fuit une tristesse
Et que les hommes dansent quand il pleut.  

Les artistes de la rue sont si habiles
Et au loin on voit tout un paysage
À côté de cette mer immobile
Où les pirogues s’ancrent à la plage.
 
Le jour revient envahir de bleu-vert la mer
En soufflant aux bateaux son refrain étonnant
Toujours parfumé de rhum à l’orange amère
Et de ce rythme dominicain lancinant.  

Sur chaque maison le soleil crépite
Et tous les hommes de l’île s’inspirent
De l’âme d’une ville qui palpite.
 
Sur la partition de lumière
Lorsque les hommes de l’île font découvrir
Cette fleur aux pétales d’une teinte sombre
Qui à l’aube nous évoque tous les sourires,
On ne revoit plus se profiler aucune ombre.  

Dès que le matin embrasé nous ensorcelle,
Une rose telle une fée mystérieuse,
Joue avec les notes de lumière éternelles
La magie de cette saison victorieuse.  

À la façon des perles de la mer
Toi l’enfant du pays tu vois les vagues
Comme des voyageurs de l’éphémère.
 
Tu entends une rumba qui t’enflamme
Et toi l’enfant de ce pays plein d’âme
Tu vas aller à Cuba l’authentique
Cueillir la mariposa symbolique.

Dès que l’île sans un hiver nous émerveille
À l’aurore enflammée peinte d’éternité,
Fleur d’ailleurs, vous faites naître votre soleil
Qui reflète la joie de l’île et sa beauté.  

Maintenant c’est la saison de l’été
Et toi tu sais la musique idéale
Des Antilles qui va nous enchanter. 

© Béatrice Renondineau, 2018

Vous aimerez aussi