Je suis parce que nous sommes (version papier)

Prix
9,48 €

Itinéraire d'un enfant surdosé.

Auteur : Yor PFEIFFER

Prix : 10 € TTC

En vente également chez votre libraire.

Quantité

Je suis parce que nous sommes est de cette puissance-là, celle d’une existence pleine et entière, une force de la parole vraie qui ne triche pas. L’homme se dévoile, sans fard, et nous découvrons son parcours unique, ses tribulations, ses conquêtes, ses découvertes, ce que la vie vraiment vécue permet de comprendre sur soi-même et sur la relation à l’autre. (Saverio Tomasella)

Cette quête de sens chaotique, inextinguible, que Yor nous livre ici, trouvera de profonds échos chez tous ceux qui ne parviennent désespérément pas à croire à ce que la norme invente comme “la réalité” et “ce qui doit être”. (Carlos Tinoco)

9782367911014

Fiche technique

Auteur
Yor Pfeiffer
Hauteur
150 mm
Largeur
220 mm
Poids
200 g
Nombre de pages
120
Format
Papier
Genre
Témoignages
Année parution
2018
Titre
Je suis parce que nous sommes

Je suis hypersensible, ultrasensible, mégasensible enfin bref, je suis sensible. C’est-à-dire hyper-ultra-méga relié.

Tout est trop pour un surdosé. Même le bien est trop bien. Un goût peut me faire voyager, un parfum me bouleverser, une musique me faire chavirer, un tableau me foudroyer, une danse m’emporter, un paysage me désorienter. Par pudeur je ne parlerai pas du toucher. Les belles actions me transportent au-delà du raisonnable. Je fonds devant un acte désintéressé. Je m’enthousiasme trop vite et je continue à m’émerveiller comme un gosse, un enfant.

Je n’ai jamais eu de mal avec ce mot : enfant. Je crois même avoir voulu le rester le plus longtemps possible. Jusqu’à ce que la vie s’acharne sur moi, jusqu’à ce que la mort s’acharne aussi. J’ai cessé alors de penser que j’avais de la chance. Je me suis coupé du monde, coupé des autres, coupé de moi. J’ai prié pour ne plus rien ressentir, pour m’anesthésier, moi, l’hyperesthésique.

Ne plus sentir pour ne plus pâtir.

Ne plus être en lien pour ne plus souffrir.

Je mesure aujourd’hui à quel point je me suis trompé et j’en souris. Je pense que ce mouvement réflexe est l’exact opposé de celui que j’aurais dû opérer. Mais c’est aussi grâce à cela que je suis l’homme que je suis. Je voulais écrire : un homme qui a décidé de redevenir enfant. Mais je l’ai supprimé parce que beaucoup d’entre vous entendent infantile quand on parle de l’enfance. Puis, je l’ai remis en disant que je l’avais supprimé…

En dansant sur ce chemin, j’ai vu apparaître le mot Ubuntu par hasard ou par nécessité. Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux, écrivait René Char dans Les chants de la Balandrane. Cela décrit parfaitement mon rapport à Ubuntu, mot xhosa dont une traduction pourrait être : « Je suis parce que nous sommes. » J’ai commencé à regarder ma vie à la lueur de cette expression. Elle a éclairé mon parcours d’une lumière toute particulière comme pour me signifier que tout ce j’avais fait ou défait avait toujours été guidé par un impérieux besoin de lien.

Alors vous qui êtes peut-être aussi surdosé, vous qui avez l’impression d’être né à la mauvaise époque ou sur la mauvaise planète… Vous, l’assoiffé d’azur… Vous… Je te salue !

Psychologie positive n° 26, juillet-août 2019

Yor Pfeiffer portrait hypersensibilité psychologie positive

Pourquoi avoir choisi le sous-titre "Itinéraire d'un enfant surdoué" ?

Être surdoué.e.s , un cadeau tragique ?

Vous aimerez aussi