La Fontaine, notre contemporain
  • La Fontaine, notre contemporain

La Fontaine, notre contemporain (eBook)

Prix
7,57 €

Plus actuelles que jamais : les 240 fables de Jean de La Fontaine, introduites et annotées par Patryck Froissart, à la lumière du XXIe siècle.

Également disponible chez votre libraire.

Quantité

Démontrer la contemporanéité des douze fables les plus connues de La Fontaine est chose facile et souvent chose faite dans les multiples éditions partielles ou complètes, dans les exégèses, et dans les pages des manuels des lycéens consacrées à notre illustre fabuliste.
Reprendre une par une les 240 fables, les analyser, les classer par thèmes, et montrer que chacune d’elles, sans exception, est transposable dans notre époque et en illustre parfaitement les mœurs, les coutumes et les comportements les plus actuels, telle est la tâche à laquelle s’est attelé Patryck Froissart, par ailleurs romancier, nouvelliste et poète.
Le résultat de ce travail complexe et pointilleux a pour objectif corollaire d’amener les lecteurs à découvrir les 220 fables qui sont moins, ou peu, ou pas du tout connues bien qu’étant, dans leur quasi-totalité, tout aussi savoureuses que celles qui nous sont familières.

978236791168

Fiche technique

Auteur
Patryck Froissart
Nombre de pages
639
Format
eBook
Genre
Contes & fables
Année parution
2020
Titre
La Fontaine, notre contemporain

On vend de tout sur la toile, et dupeurs et dupés y foisonnent, au moins autant que les fous, comme sur les foires d’antan. La distance entre dupeurs et dupés est un fil invisible dont la longueur dépend de la naïveté des seconds et de la force de persuasion des premiers. Quant au soufflet, bien que virtuel, il peut être fort douloureux. Mais y vend-on de la sagesse ? J’ai interrogé Google. Je n’ai pas de réponse.

LE FOU QUI VEND LA SAGESSE

Jamais auprès des fous ne te mets à portée :

Je ne te puis donner un plus sage conseil.

Il n’est enseignement pareil

À celui-là de fuir une tête éventée.

On en voit souvent dans les cours :

Le Prince y prend plaisir ; car ils donnent toujours

Quelque trait (1) aux fripons, aux sots, aux ridicules.

Un Fol allait criant par tous les carrefours

Qu’il vendait la sagesse ; et les mortels crédules

De courir à l’achat : chacun fut diligent.

On essuyait force grimaces ;

Puis on avait pour son argent

Avec un bon soufflet un fil long de deux brasses.

La plupart s’en fâchaient ; mais que leur servait-il ?

C’étaient les plus moqués ; le mieux était de rire,

Ou de s’en aller, sans rien dire,

Avec son soufflet et son fil.

De chercher du sens à la chose,

On se fût fait siffler ainsi qu’un ignorant.

La raison est-elle garant

De ce que fait un fou ?

Le hasard est la cause

De tout ce qui se passe en un cerveau blessé.

Du fil et du soufflet pourtant embarrassé,

Un des dupes (2) un jour alla trouver un sage,

Qui, sans hésiter davantage,

Lui dit : Ce sont ici hiéroglyphes (3) tout purs.

Les gens bien conseillés, et qui voudront bien faire,

Entre eux et les gens fous mettront pour l’ordinaire

La longueur de ce fil ; sinon je les tiens sûrs

De quelque semblable caresse.

Vous n’êtes point trompé : ce Fou vend la sagesse.

(1) satire

(2) un de ceux ayant été dupés par le fou

(3) symboles

© iPagination, 2020

*****

Notre propension commune à donner au moindre événement une importance démesurée avant d’être contraint à reconnaître la plupart du temps sa futilité s’est considérablement amplifiée avec le développement de l’information continue en direct dans les médias et surtout sur les réseaux sociaux. La Fontaine y trouverait maints sujets de nouvelles fables.

LE CHAMEAU ET LES BÂTONS FLOTTANTS

Le premier qui vit un chameau

S’enfuit à cet objet nouveau ;

Le second approcha ; le troisième osa faire

Un licou pour le dromadaire.

L’accoutumance ainsi nous rend tout familier :

Ce qui nous paraissait terrible et singulier

S’apprivoise avec notre vue

Quand ce vient à la continue.

Et puisque nous voici tombés sur ce sujet,

On avait mis des gens au guet,

Qui voyant sur les eaux de loin certain objet,

Ne purent s’empêcher de dire

Que c’était un puissant navire.

Quelques moments après, l’objet devint brûlot ,

Et puis nacelle, et puis ballot,

Enfin bâtons flottants sur l’onde.

J’en sais beaucoup de par le monde

A qui ceci conviendrait bien :

De loin, c’est quelque chose, et de près, ce n’est rien.

© iPagination, 2020

Patryck Froissart, originaire du Borinage, à la frontière franco-belge, a enseigné dans le Nord de la France, dans le Cantal, dans l’Aude, au Maroc, à La Réunion, à Mayotte, avant de devenir Inspecteur de l’Education Nationale puis proviseur, et de diriger à ce titre divers établissements à La Réunion et à Maurice.

Longtemps membre du Cercle Jehan Froissart de Recherches Poétiques de Valenciennes, il a collaboré à plusieurs revues de poésie et a reçu en 1971 le prix des Poètes au service de la Paix et en 2017 le 3e Prix Wilfrid Lucas décerné par la Société des Poètes et Artistes de France pour son ouvrage Le feu d’Orphée.

Professeur de Lettres, rédacteur de chroniques pour le magazine La Cause Littéraire, Patryck Froissart est engagé dans diverses actions en faveur de la Francophonie.

Membre de la SGDL (Société des Gens De Lettres), sociétaire de la SPAF (Société des Poètes et Artistes de France), de la SAPF (Société des Auteurs et Poètes de la Francophonie), de l’ADELF (Association Des Ecrivains de Langue Française), Patryck Froissart a été en 2017 membre du jury du Prix Jean Fanchette présidé par JMG Le Clézio.

Vous aimerez aussi