Vous êtes ici : Accueil > Publications

Publication Ipagination Editions

Il serait une fois - Ouvrage collectif

image de Il serait une fois - Ouvrage collectif

Que sont nos villes devenues ? Et leurs habitants aussi ? Tels sont les questionnements des personnages issus de ces sept contes qui tous, se déroulent au XXIIe siècle. Vous y rencontrerez un nuage maléfique, un savant défiguré, un éplucheur de carottes, un sauveur de rêves, vous enfilerez des colliers magiques, tremblerez dans d’interminables souterrains, serez poursuivis par un jeu en 6 D et participerez, avec la complicité d’un mammifère à poils roux, à la plus grande évasion de tous les temps. De quoi ravir petits et grands.

Télécharger l'application d'iPagination

image de Télécharger l'application d'iPagination

Elle était très attendue par les auteurs et les lecteurs du site, la voici : l’application qui tient toutes ses promesses, développée par l’HETIC, la grande Ecole de l’Internet. Accédez directement au cœur des textes et aux commentaires avec cette version allégée du site qui permettra à vos tablettes et téléphones Androïd ou Apple d’afficher les pages avec une rapidité de chargement exceptionnelle. Tous les derniers textes ainsi que les sélections en accès immédiat, avec la possibilité de les enregistrer en mode hors ligne afin de reprendre leur lecture à un autre moment et ce, sans dépendre d’une connexion Internet.

 

 

Ne perdez plus votre temps dans les transports en commun ni dans les files d’attente. Où que vous soyiez, en vacances, en déplacement, lisez,et faites-vous plaisir !

Autopsie sentimentale - Véronique Brésil

image de Autopsie sentimentale - Véronique Brésil

À travers cette histoire prenante et déroutante de par les rapports humains qui sont mis en jeu, Véronique Brésil prend comme support l’éternelle énigme du couple et de sa pérennité. Ses mots justes mais jamais vulgaires nous plongent au cœur d’une relation passionnée qui interpelle quant à la puissance que peuvent revêtir les rapports fusionnels. Jusqu’où peut-on accepter l’oubli de soi et la dépendance à l’autre lorsque la perversion s’invite au festin ? Et comment s’extraire d’une spirale infernale que plus personne ne maîtrise ?

Fugue)s( - Walid Hajar

image de Fugue)s( - Walid Hajar

Matthieu se raconte des histoires pour ne pas avoir à écrire la sienne. Lisa, elle, lasse de faire l’autopsie de sa love story, pensait qu’il suffirait de prendre le train pour y mettre un point final. Quant à Salem, trop pressé de monter à bord pour regarder la direction sur le quai, il en vient à demander si c’est vraiment là qu’il voulait arriver. Arriver, Ronnie n’aspire qu’à ça, mais parviendra-t-il à réaliser ses rêves de hip-hop sans se renier ? Sur le chemin qui sépare l’adolescence de l’âge adulte, c’est presque le même dilemme pour Céline, surtout quand ce ne sont plus seulement des papillons qu’elle a dans le ventre…

Ils se croisaient sans se connaître, se connaissaient sans se parler, se parlaient sans s’écouter. Leur rencontre ne tient qu’à un fil, qu’à une question de timing, aussi improbable que cet attentat qui frappe Paris Gare du Nord un certain 1er novembre, et vient bouleverser leurs destins, individuel et collectif. Et s’il n’était pas trop tard pour se réinventer ?

Sens interdits - Ouvrage collectif

image de Sens interdits - Ouvrage collectif

L’interdit brave les sens, à moins que ça ne soit l’inverse. L’homme en recherche de sens ne rencontre parfois que le non-sens. Depuis le courage de celles qui ont osé vivre en passant par le hasard d’un panneau routier, l’horreur de l’inceste brutalement révélé, l’avenir des visionnaires jusqu’à la déchéance de certains hédonistes, iPagination vous livre le meilleur et le pire de la sensualité, sans tabou, sans voyeurisme. Au sein de ce recueil, les sens sont mis à nu. Jusqu’où oserez-vous suivre ces dix auteurs de talent ? Laissez-vous donc emporter dans tous les sens possibles !

Une fois de plus, la parole est donnée aux auteurs, tous issus du portail iPagination. Après le recueil « La dernière vague », « Sens Interdits » explore d’autres profondeurs de notre imaginaire.

 

 

 

 

La dernière vague - Ouvrage collectif

image de La dernière vague - Ouvrage collectif

Qu'on évoque les vagues tragiques des rafles d'esclaves, les vagues destructrices de la déforestation, celles du mercantilisme qui touche un à un tous les aspects de notre vie, celles de la maladie d'Alzheimer qui submergent et noient la mémoire, celles des défilés protestataires qui laissent des cadavres sur les pavés, celles des souvenirs qui fluent et refluent et sapent le moral, celles de l'immigration clandestine et de ses naufrages, celles de la folie amoureuse sur la crête desquelles chante la sirène qui précipite les hommes dans les gouffres mortels, celles de la misère qui jettent à la rue, comme des épaves à la dérive, les sans domicile fixe... la vague reste le symbole de ce qui efface à jamais, qui emporte pour toujours, qui laisse, en se retirant, soit le néant sur un sable redevenu lisse d'où a disparu définitivement toute trace de ce qui a été, soit les débris irréversiblement épars de ce qu'elle a fracassé.

 

Ce livre en est une magistrale illustration...

 

 

 

Les bienheureux - Patryck Froissart

image de Les bienheureux - Patryck Froissart

 À quel point le bonheur d’aimer ou d’être aimé peut-il se conjuguer avec l’acceptation de se soumettre aux exigences de l’autre, voire naître et croître à mesure que ces contraintes se changent en un asservissement s’accompagnant d’humiliations, de brimades, et, à l’extrême, de sévices susceptibles de provoquer la mort ?

 

C’est la question que posent les huit nouvelles de cet angoissant recueil de Patryck Froissart.

 

La thématique du plaisir-souffrir est ici sous-tendue par le mythe de la femme fatale, de la sirène, de la Lorelei qui joue de la fascination qu’elle exerce pour précipiter les bateliers contre les rochers où se fracassera leur esquif.

Sur ce chemin - Gisèle Prevoteau

image de Sur ce chemin - Gisèle Prevoteau

 

Catherine, la quarantaine, est DRH dans une grande entreprise. Très appréciée de sa hiérarchie, notamment pour la maîtrise dont elle fait preuve, elle est chargée de mettre en place un plan massif de licenciement. Mais Catherine est arrivée à la croisée des chemins et ne peut plus faire face aux responsabilités qui lui incombent. Elle s'enfuira, un soir, sur les routes de Normandie et sa fugue se doublera d’un voyage intérieur qui la conduira, au prix d'une grande souffrance, au plus profond de son identité et des mystères de son passé.

Fantômes - Ouvrage collectif

image de Fantômes - Ouvrage collectif

La rencontre, dans l’Inde de toutes les croyances, d’une femme ressemblant de façon troublante à celle qu’on a aimée jadis, la lettre volée dont la lecture anime des personnages aux desseins mystérieux, la femme battue qui frappe un soir à la porte de votre appartement et s’insinue dans votre vie, voilà quelques-uns des événements qui, comme ils le font pour les personnages de ce livre, peuvent bousculer brusquement la « normalité » de votre existence et la faire basculer dans « l’anormalité »…

Les variations sur le thème fantasmagorique qu’offre cette compilation de belle facture réjouiront les amateurs de frissons, les férus de phénomènes paranormaux, les friands de l’irruption de l’étrange et de l’indicible en la banalité d’un quotidien dont le déroulement et les « faits divers » sont prétendument explicables par d’indiscutables causes et effets.

Notre civilisation cartésienne prétend définir ce qui est et ce qui ne peut être. Pourtant la science et le rationalisme triomphant n’ont pas tué le fantasme du fantôme, qui, éternel revenant, a toujours hanté et hantera toujours les esprits.

Tous les droits d’auteurs de ce recueil sont intégralement reversés à iPagination pour les éditions futures de ses membres.

 

 

Merde, je vis... - Philippe Ducourneau

image de Merde, je vis... - Philippe Ducourneau

Fables d’un nouveau genre, les textes de ce recueil de Philippe Ducourneau constituent un concept à part dont chaque séquence se compose de trois parties. La première porte un regard admiratif et volontairement naïf sur la vie qui sait tout et peut tout faire, jusque dans les moindres détails. La deuxième renvoie à la vision étriquée de l’homme lorsqu’il se laisse prendre au piège des « appâts rances ». Et la troisième, avec son regard moqueur et frondeur, tourne le tout en dérision, en choisissant de jouer des maux qui nous blessent.

Selon le ton employé, « Merde, je vis… » peut donc exprimer aussi bien l'admiration que la consternation, tout étant affaire « d’état d'âme ou d'esprit » et du regard porté sur la vie.

 

 

La femme du lac rouge, par Aurélie Airoude

image de La femme du lac rouge, par Aurélie Airoude

Roman/Thriller : Après une enfance passée au Viêt Nam, Hoai devient un écrivain à succès à New York. Dans ce qui deviendra un best-seller, il tente de livrer un traumatisme de jeunesse mais il manque d’inspiration. L’auteur entreprend alors un retour aux sources : la vie offre parfois une seconde chance mais tout a un prix. Une série de meurtres reprend le même mode opératoire qu’un crime commis dix-huit ans auparavant.

Un écrivain hanté par son passé, torturé par son présent, suivi par un tueur : mais qui donc est Hoai ?

Entre le corps, le cœur et la raison, assistez à une montée d’adrénaline sans précédent, à une plongée aux confins de l’intime. Un grand huit qui promet des sueurs froides. Action, suspens et passion, le tout couleur sang.

 

Découverte sur le site ipagination.com, Aurélie Airoude, auteure au talent indéniable, nous livre un premier thriller haletant qui convaincra les amateurs du genre.

 

↑ Revenir en haut de page